l-insep-la-famille-du-sport-pleure-ses-champions

La famille du sport pleure ses champions à l’insep

Après avoir séché ses larmes, Abdelkader Bouhenia a repris son discours qui est adressé à son, Alexis Vastine. Jean-Pierre de Vincenzi, directeur de l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance (Insep), et les présidents des Fédérations de natation et de voile ont reçu d’honorables applaudissements dans l’imposante halle Maigrot.

Bouhenia et Vastine se connaissaient très bien puisqu’ils boxaient ensemble depuis plus de dix ans. Ce mercredi, temple du sport français, dans le bois de Vincennes à Paris, on a pu voir à côté de l’estrade les portraits d’Alexis Vastine, de Camille Muffat et de Florence Arthaud. Ils sont morts en Argentine dans la collision entre deux hélicoptères.

Il y avait beaucoup de caméras et beaucoup de photographes présents dans cette grande salle. Le frère d’Alexis, Adriani a remercié toutes les personnes qui les ont soutenues, et a demander qu’on leur laisse se recueillir en famille en toute tranquillité. Derrière lui et en se tenant son épaule, Alain Vastine, le père s’effondre en larmes. Déjà que sa fille Celie est morte d’un accident de la route deux mois avant ce drame.

Partage et solidarité

De nombreux sportifs étaient présents pour cet hommage, notamment Sylvain Wiltord, ainsi que les dirigeants, les sponsors et les employés de l’Insep. L’ancien boxeur Brahim Asloum a exprimé le partage et la solidarité dans son discours pour que la grande famille du sport puisse être.

Patrick Kanner, le ministre des sports a évoqué le concept familial avec les principes et les valeurs, définis par le dépassement de soi, le respect et l’entraide.

Le plongeur Matthieu Rosset, qui connaissait un peu Camille Muffat et Alexis Vastine a déclaré que même sans se connaître, les sportifs partagent les mêmes choses, notamment l’entraînement, les défaites et les victoires.

Bouhennia a rappelé qu’il était dans meurs obligations de ne pas donner de leurs nouvelles et leurs échanges sur Facebook n’évoquaient que de choses banales. Valérie Fourneyron, ministre des sports au moment des Jeux olympiques de Londres, en 2012, est saisie d’émotion, et a retenu le recueillement, la ferveur, la solidarité, ainsi que le courage des sportifs rassemblés.

Un moment d’émotion

Kevinn Rabaud, le directeur technique national de la boxe a rassemblé ses boxeurs après la cérémonie pour leur dire de ne pas se retenir pour exprimer leur sensibilité, car c’était la grande qualité d’Alexis. Aussi, que pleurer dans ces moments, c’est échanger ensemble. Il a ajouté que le monde de la boxe est un monde d’émotion, et pour rendre hommage à Alexis, il faut s’appliquer au travail pour aller chercher la médaille olympique qu’il sollicitait. Et qu’aussi, à partir de demain, l’hommage devient sportif, il se fait dans l’engagement.

En reprenant l’entraînement le mardi, Matthieu Rosset a déclaré ne pas pouvoir le faire, mais en pensant à eux, il s’est dit que c’étaient des champions et qu’ils se seraient entraînés. De ce fait, il y est allé.

Laisser un commentaire